Journées européennes du Patrimoine à Arlon

Journées européennes du Patrimoine à Arlon

31e édition des Journées européennes du Patrimoine en Wallonie

Le patrimoine arlonais se met sur son 31 !

Les 7 et 8 septembre, le patrimoine est de nouveau à l’honneur en Wallonie.

Ce nouveau thème, proposé pour la 31e édition des Journées du Patrimoine, met l’accent sur trois axes : la restauration, la réaffectation et la mise en valeur du patrimoine immobilier.

Ces trois orientations ouvrent la porte à un large éventail d’activités sortant de l’ordinaire. En effet, ce sera l’occasion de mettre à l’honneur les lieux ayant été récemment restaurés (depuis 1990), l’aménagement de sites archéologiques, les réalisations urbanistiques autour d’un site patrimonial, les nouvelles scénographies à destination du public, les installations lumineuses destinées à embellir les monuments… Parallèlement à ces équipements pérennes, des activités temporaires et organisées exclusivement dans le cadre des Journées du Patrimoine sont également reprises au programme.

C’est donc un programme totalement axé sur le Beau qui vous sera proposé ces 7 et 8 septembre 2019 lors des Journées du Patrimoine.

 patrimoine

ARLON 14 activités dont 1 hors thème : Belles découvertes !

De même que lors des éditions 2015, 2016, 2017 et 2018, la catégorie hors thème est désormais bien installée.         A Arlon un seul lieu qui ne correspond pas au thème de l’année ouvrira également ses portes gratuitement, afin de permettre au public de découvrir le patrimoine d’une manière plus large.

Arlon

  1. Visite guidée du palais provincial – ouverture exceptionnelle / hors thème

L’histoire du palais provincial d’Arlon commence avec l’épopée d’une ville devenue chef-lieu de la province de Luxembourg en 1839. Il connait des aménagements ultérieurs, suite entre autres aux deux incendies de 1905 et 1917. Depuis 1947, des rénovations internes et la construction, en 1975, d’une extension, permettent à l’administration provinciale d’occuper une place de choix à Arlon. Le Palais provincial et ses alentours sont classés depuis 1981. Les portes des salons vous sont exceptionnellement ouvertes ! La visite des salles d’apparat nous fera admirer de splendides décors néo-classiques, style architectural retenu par l’architecte Albert Jamot. Revivez les Joyeuses entrées de nos Princes, frissonnez lors d’un terrifiant assassinat au début du XXe siècle, enfin découvrez les lieux et le fonctionnement de la vie politique de ce XXIe siècle.

  1. Visite guidée de la plus ancienne synagogue de Belgique

En 1860, la communauté israélite d'Arlon, fort importante par son nombre et pour son activité commerçante, décide de la construction d'une synagogue. La nouvelle synagogue, sur les plans de l'architecte provincial JAMOT, est inaugurée le 15 décembre 1866 en présence du grand Rabbin de Belgique. Il s'agit de la première synagogue de Belgique. Sa réalisation est majoritairement financée par des biens publics. Après sa construction, le bâtiment fut décoré et aménagé (1872). La synagogue est de style romano-byzantin; sa façade extérieure présente des allures orientales. Les deux baies jumelées situées au pignon représentent un symbole juif, les deux Tables de la Loi, qui ornent également le fronton triangulaire de l'édifice. L’édifice est classé patrimoine majeur de Wallonie depuis le 28-11-2005. Arlon abrite aussi le plus ancien cimetière israélite de Belgique (1856).

Le 12 août 2014, la synagogue d’Arlon ferme ses portes en cause des risques d’effondrement de la charpente suite à la propagation de la mérule et des problèmes d’humidité.

La communauté musulmane a été touchée par la situation et a lancé un appel aux dons lors de sa prière du 27 février 2015. Trois mois plus tard, cette prière s’est fait entendre et a récolté un montant total de 2.405 euros.

Le 20 mai 2015, une table ronde a été organisée par les différents cultes et la laïcité d’Arlon sur le thème « Comment vire ensemble aujourd’hui? »  A l’issue de la rencontre qui a réuni des représentants catholiques, protestants, juifs, musulmans et laïques, l’association des musulmans d’Arlon (AMA) a versé un chèque d’une valeur de 2.405€ au rabbin Jean-Claude Jacob pour sauver la synagogue d’Arlon.

Arlon

Pour les Journées du Patrimoine, plusieurs nouveautés sont à épingler :

  1. Le vieux cimetière d’Arlon, un cœur patrimonial

Bien  que  situé  hors  les  murs,  le  vieux  cimetière  d’Arlon  a  été,  depuis  son  origine,  un  espace  culturel   et   mémoriel   fondamental   pour   la   population locale. Il est resté en activité jusqu’au milieu  du  19e  s.  La  découverte,  en  1907,  des  vestiges  de  thermes  romains  et,  en  1936,  des  restes de l’ancienne église Saint-Martin, a révélé l’importance   du   lieu.   La   visite   se   focalisera   sur  ces  derniers  éléments  ainsi  que  sur  les  monuments  funéraires  encore  présents  sur  le  site. La mise en valeur de ce site classé en 2010 sera  également  abordée,  notamment  via  des  panneaux explicatifs commentant les vestiges.

  1. Découverte de l’Entrepôt, aujourd’hui salle de concert incontournable

Cette  salle  de  concerts  est  installée  dans  les  bâtiments d’un ancien dépôt de douane. Dessiné par  l’architecte  A.  Jamot,  le  bâtiment  témoigne  de  l’architecture  industrielle  du  milieu  du  19e  s.  Mis  à  disposition  d’une  association  spécialisée  dans  les  actions  citoyennes  en  1997,  celle-ci  y  développe  un  espace  de  diffusion  cohérent.  En  août  2011,  la  rénovation  complète  du  lieu  est  décidée  et  mise  en  œuvre  par  les  autorités  communales.   Désormais   équipée   de   façon   professionnelle,  la  salle  devient  une  référence  incontournable dans la province en tant que seul lieu permanent dédié aux musiques actuelles.

  1. Promenade des chapelles de Guirsch à Heckbous

La  promenade  vous  emmènera  à  la  découverte  de  la  chapelle  Saint-Willibrord,  en  l’honneur  de  qui  une  procession  se  déroule  chaque  année  à  la Pentecôte. Parcourez ensuite le centre classé du  village  doté  d’une  cohérence  architecturale  forte : le château classé de Guirsch, siège d’une importante seigneurie au fil des siècles et dont les  origines  remontent  à  1453,  la  tour-porche  de  1763...  L’itinéraire  vous  mènera  ensuite  vers  une  chapelle  privée,  rue  de  Beckerich,  avant  de  rejoindre  la  chapelle  Saint-Aubain  à  Heckbous,  qui vient d’être entièrement rénovée

En exclusivité cette année, les visiteurs pourront vivre une visite virtuelle en réalité augmentée à la synagogue et à la tour Neptune.  Le principe est simple : après avoir téléchargé l’application avec votre smartphone ou tablette, scannez la photo de l’activité concernée. La photo prendra vie et vous fera profiter d’une visite virtuelle.

  1. A la découverte de la tour gallo-romaine « Neptune »

À la fin du Bas-Empire, Arlon devint un castrum (place  fortifiée).  D’un  peu  plus  de  870  m  de pourtour,  épais  de  4  m  en  moyenne  et  haut  d’environ  8  m,  le  rempart  était  percé  de  portes  imposantes et jalonné d’une vingtaine de tours. Le petit musée, situé sur la Grand-Place, montre les vestiges d’une de ces tours, la tour Neptune, dégagés   lors   de   fouilles   en   1948.   Dans   les   fondations de la muraille, on distingue les restes de pierres sculptées provenant du vicus, dont un superbe bas-relief représentant Neptune.

Les approches seront donc variées soit en libre, en visite guidé, en suivant un circuit ou encore en visite virtuelle.

  1. Le Musée archéologique : valorisation de deux sites

Depuis  une  décennie,  le  Musée  archéologique  d’Arlon  se  concentre  sur  la  modernisation  de  son bâtiment et sur la mise en valeur du matériel qu’il  conserve.  En  juin  dernier,  il  a  inauguré  un   nouvel   espace   d’exposition   baptisé   Ville et   Campagne   qui   présente   les   découvertes   mises  au  jour  dans  le  vicus  d’Arlon  et  la  villa  de  Mageroy.  Le  territoire  du  vicus  fait  l’objet  de  fouilles préventives permanentes par l’AWaP. La villa de Mageroy est, quant à elle, fouillée depuis plus  de  30  ans.  Ce  sont,  au  total,  plus  de  350  objets issus de ces sites qui sont mis en valeur au musée.

  1. L’abbaye de Clairefontaine et son centre d’interprétation

La   construction   et   la   dotation   de   l’abbaye,   réservée  à  des  femmes  issues  de  la  noblesse,  sont  assurées  par  Henri  Le  Blondel  en  1253.  En  1794, les moniales doivent fuir vers Luxembourg et le feu des troupes françaises mutile l’abbaye. Le   couvent   est   démantelé,   vendu   et   sert   de  carrière  de  pierres.  En  1874,  les  Jésuites  rachètent  une  partie  du  site  pour  y  ériger  une  maison  de  campagne.  Lors  des  travaux,  les  restes  de  la  comtesse  Ermesinde  sont  mis  au  jour.  Une  chapelle  néoromane  est  construite  pour accueillir sa sépulture. En octobre 2015, un centre d’Interprétation voit le jour.

  1. Rencontre avec les personnalités du cimetière

Aménagé   en   1853,   le   cimetière   est   un   site   exceptionnel,  aussi  bien  par  ses  dimensions  que par la diversité de ses monuments. Il abrite les   tombes   de   personnalités   des   mondes   politique,   artistique   et   culturel.   Par   le   biais   d’une  promenade  dans  ses  allées,  partez  à  la  rencontre de ces hommes et de ces femmes qui ont laissé leur empreinte sur l’histoire de la ville ou du pays. Chaque année, une équipe de jeunes met en valeur une sélection de tombes choisies pour  leurs  caractères  esthétique  et  historique.  Les  parties  anciennes  du  cimetière  font  l’objet  d’une  demande  de  classement  et  un  panneau  expliquant leur richesse a été placé.

  1. L’ancien palais de justice devenu lieu de culture

L’ancien  palais  de  justice  est  érigé  en  1864-66,  sur les plans de l’architecte provincial A. Jamot. De style néogothique, il contraste avec le palais provincial néoclassique dessiné 20 ans plus tôt par  le  même  architecte.  Il  est  inauguré  en  1866  à  l’occasion  de  la  joyeuse  entrée  de  Léopold  II  à   Arlon.   Le   bâtiment   abritait   principalement   la  cour  d’assises  du  Luxembourg  et  le  tribunal  de  première  instance.  Depuis  avril  2003,  les  services   judiciaires   ont   été   transférés   dans   le  nouveau  palais  de  justice.  Aujourd’hui,  ce  bâtiment  participe  à  la  richesse  culturelle  de  la  cité  (expositions,  festival  DynAmiC,  concerts,  événements...).

  1. Les 15 ans du Musée Gaspar

Cette magnifique demeure bourgeoise, symbole de  l’urbanisation  d’Arlon  au  lendemain  de  la  création de la Belgique, a été rénovée en 2002-03,  et  a  ouvert  ses  portes  lors  des  Journées  du   Patrimoine   de   l’année   suivante   sous   la   forme   d’un   musée,   conformément   au   vœu   testamentaire   de   C.   Gaspar   (1871-1950).   Ce   photographe   et   mécène   d’Arlon   souhaitait   voir  un  écrin  pour  héberger  les  œuvres  de  son  frère   Jean,   sculpteur   animalier   et   élève   de   J.  Lambeaux.  À  l’occasion  du  15e    anniversaire  du   musée,   une   large   rétrospective   lui   est   consacrée.

  1. Un panorama exceptionnel au sommet du Belvédère renové – nocturne

Le couvent des Capucins est installé au sommet de  la  Knippchen  depuis  1625,  sur  les  ruines  de   l’ancien   château   comtal.   Lors   du   17e s., les   incursions   françaises   en   Luxembourg   se   succèdent  à  intervalles  réguliers.  Lorsque  les  troupes de Louis XIV prennent la ville en 1681, les Français procèdent à sa fortification en bastion. La Révolution française impose la fermeture du couvent  en  1796,  mais  l’église  sera  rendue  au  culte  en  1807,  avant  son  érection  en  paroisse  en 1825. À la fin du 19e s., l’édifice connaît une rénovation   complète.   Entre   1905   et   1907,   le   clocheton  des  Capucins  est  remplacé  par  une  tour-belvédère qui vient d’être rénovée.

  1. L’église Saint-Martin dans toute sa splendeur

La construction de l’actuelle église Saint-Martin découlerait de la volonté royale de Léopold II de signaler  les  deux  extrémités  du  pays  par  des  édifices importants, mais surtout de celle des Arlonais désireux d’avoir une église à la mesure du  nouveau  statut  de  chef-lieu  de  province  de la ville. L’édifice fut construit entre 1907 et 1914  dans  le  style  gothique  rayonnant  du  14e  s.  Consacrée en 1937, l’église comporte une tour de 97  m  de  haut.  Elle  est  classée  depuis  2002.  La  flèche de croisée, située en haut de la tour, a fait l’objet d’une restauration en 2017-18.

  1. Balade guidée du patrimoine sculptural arlonais

Sculptures  de  ronds-points  ou  de  squares  se  mettent  en  beauté  pour  rappeler  le  pourquoi  de  leur  existence.  Elles  sont  une  vingtaine  taillées  dans  la  pierre  et  le  métal  à  vous  inviter  à  voir  autrement  le  passé  de  la  ville.  Lors  de  vos  prochaines  traversées  de  la  cité,  chacun  de  leurs  clins  d’yeux  nourrira  plus  encore  votre  implication dans l’espace urbain. Devant la gare restaurée d’Arlon, découvrez par exemple le giratoire Mercure ; devant le palais du gouverneur, le monument Orban de Xivry... mais aussi d’autres bustes,  fresques  et  sculptures  qui  auront,  pour  la plupart, bénéficié d’un lifting de circonstance.

Informations

Vous retrouverez le programme complet dans la brochure disponible au Royal Office du Tourisme d’Arlon ou au Musée Gaspar.

Il est également possible de la télécharger sur le site http://www.journeesdupatrimoine.be sous l’onglet Visiteurs.

tsescorts.com