Accueil » Baudet’stival 2022 > dimanche > Photos

La journée du dimanche 10 juillet commence par Laeti Pasc’Alpi sur la scène Ethias suivi de Achile sur la grande scène.

A tout juste 19 ans, Achile est un auteur compositeur autodidacte originaire de Tours. Baigné depuis l’enfance dans la musique, il étudie le violon durant 7 années puis le piano et le chant. En 2016, il découvre la production grâce à l’ordinateur de son père, commence à y figer ses premières idées puis très vite, écume les scènes locales accompagné de son piano alors qu’il est encore lycéen.

Son inspiration rap se retrouve très vite nouée à une chanson française aux mélodies efficaces, une nouvelle chanson française ou l’urbain se met au service des mélodies.

Arrive ensuite le concert de Black Orchid Tribe sur la scène Ethias. Un vrai claque niveau photographique. Ca déménage sur la scène et le chanteur n’hésite pas à jouer avec les photographes. Le groupe est composé de Loïc Videtta, de Giovanni, Laura à la guitare, Raf, Paul batteur du groupe Black Mirrors dont Loïc faisait également partie. Le groupe a sorti un premier single « Numb my Beast » ainsi qu’un deuxième titre « Better Run ». Ces deux titres feront partie d’un EP qui sortira fin 2022.

Place sur la grande scène au gagnant du Tremplin. C’est Lucky Hodjo qui a la chance de pouvoir performer après être passé le samedi sur la scène Ethias. L’occasion de jouer devant les fans des têtes d’affiche et de se faire connaître du public.

Fin de journée sur la scène Ethias et John L, chanteur/guitariste liégeois. Durant la pandémie, John L en a profité pour concocter un nouvel album, intitulé « Heavy Calling ». Constitués de riffs entrainants, de mélodies imparables, de soli de guitares acérés et de refrains aisément mémorisables, les neuf titres gravés sur « Heavy Calling » n’attendent qu’un public et des planches pour atteindre leur but ultime : redonner vie à notre planète moribonde.

Et sur la grande scène, on retrouve Claire Laffut. Claire Laffut fait de la pop française, sans stratégie aucune, le choix est organique, la voie naturelle. Elle y glisse élégamment des influences de world music. Ses envies vagabondent du côté du dansant, du vivant, du pas trop parfait, elle aime ça. Ses références s’ancrent dans la musique de Lizzy Mercier Descloux, elle se demande comme elle où sont passées les gazelles. Ses textes chuchotent ses peurs, ses vertiges, ses audaces. Ne taisent pas ses désillusions ni les guerres menées tambour battant, le front haut. S’arriment à des moments de fulgurance, une rencontre dans un bar, d’étranges mélanges. « Je chante, dit-elle, parce que j’ai l’impression de trouver des vérités dans les notes, les mélodies, les mots et que cela me fait du bien. Comme si c’était de petits états d’âme dont je voulais me souvenir… »

Dernière étape sur la scène Ethias, avant l’arrivée de la première tête d’affiche sur la grande scène. Place à Maw Maw qui était déjà venu en 2019 sur la grande scène. Les deux Liégeois de Maw Maw bricolent l’indie pop à leur façon, dans un collage musical à la fois planant et percutant. Leur premier single  » The Rope  » explore les contrastes à travers un clip teinté de spontanéité et sans complexe. Dans un univers suspendu quelque part entre la joie et l’obscurité, Maw Maw se grime aux couleurs de la liberté pour explorer la dualité entre le bien et le mal.

Au tour de Mika, ce chanteur libano-britannique qui a réalisé un show pétillant et haut en couleur. Il entre en scène dans un costume noir et commence par un bonjour au public et au soleil qu’il aime tant. Il fera ensuite une apparition torse nu et reviendra en costume rose fluo pour finir le show dans un marcel à cœur rouge et ensuite un pantalon bleu satiné. Sur la chanson « Big Girl (You Are Beautiful) », Mika prendra un bain de foule en faisant le tour de la place des Trois Fers.  Parmi les tubes, on retrouvera « Relax », « Elle me dit », « Lollipop », « Grace Kelly » et « Love Today » en final.

Il a également montré son grand cœur en invitant la petite Zoé, émue aux larmes, à jouer au chef d’orchestre sur la chanson « Underwater »

Avant l’arrivée de Julien Doré, retour sur la scène Ethias, pour écouter Alterlight que nous avons déjà eu l’occasion de vous présenter lors de leur concert à La Petite Centrale à Huy.

2022 – Fragments sort le 4 février. A découvrir sur http://www.alterlight.be

Puzzle, à la fois chamarré et fort cohérent, « Fragments » – le dernier E.P. du groupe belge Alterlight – n’est pas un quelconque marche pied vers un album.

Voici le concert tant attendu des fans. On verra Julien Doré arriver en quad sur le grand écran pour le retrouver ensuite sur scène dans son costume rose. Pendant son concert, on le verra également accompagné de son panda et de son dinosaure. En toile de fond, on découvrira ses deux chiens, Simone et Jean-Marc. Il entame son concert avec « Le lac », « Le monde a changé ».  Parmi ses tubes, on pourra entendre « Sublime & silence », « Kiss me forever », « Waf », « Nous », « Paris-Seychelles »…

Texte et Photos : Sonia Chapelle

Baudet’stival by Bilia-Emond 2022 > journée du dimanche > photos

Les autres actualités du Baudet’stival

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protégé : LUXFLY

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Infos >> Partenaires

[forminator_form id="1418107"]

Nos sponsors